Appel à projet pour une résidence de jeunes chercheurs dans un musée

Appel à Projet pour une résidence de jeunes chercheurs de 6 mois en musée

Sont concernés le musée d’Orsay, le musée Picasso et le musée des beaux-arts de Lyon

 

Contexte

A l’issue de la mission Musées du XXIe siècle, la question du positionnement citoyen du musée a été posée à la fois par les groupes de travail de professionnels et dans la consultation citoyenne. Faire du musée un lieu ouvert, une ‘maison commune’ semble un des défis majeurs, qui, s’il est relevé, emportera le renouvellement dans les autres domaines ciblés par la mission : organisation interne, place du public et discours sur les collections, engagement sociétal, voire (r)évolution technologique.

Le musée in situ correspond à la vocation « traditionnelle » du musée : doté d’une collection inaliénable, celui-ci doit avoir pour objectif de favoriser la rencontre directe entre oeuvres et public. Néanmoins, si cette mission est traditionnelle, dans un contexte marqué par la diversification et la mise en concurrence des loisirs, par l’accumulation d’informations et le poids grandissant des médias et des réseaux sociaux qui peuvent conduire à privilégier l’événementiel, elle doit aussi évoluer, s’ouvrir à de nouvelles expériences et renouveler ses modalités d’offre. Les rencontres avec des professionnels des musées ont permis de mettre en lumière une palette très riche d’expériences, menées au sein même des musées, mettant l’accent sur les notions d’émotion, d’émerveillement, de créativité, de liberté, sans renier la mission originelle du musée, lieu d’éducation et de connaissance.

La présentation des collections opère une conversion radicale où le mouvement d’oeuvres venant s’enrichir mutuellement dynamise les accrochages. Puisant dans leurs réserves, bénéficiant de dépôts ou de prêts, impliquant différentes disciplines artistiques, accueillant en nombre des résidences d’artistes, les musées multiplient les « dossiers d’oeuvres », les accrochages thématiques ou les rapprochements formels permettant des rencontres inédites entre les collections et leurs visiteurs.

Les rencontres entre disciplines construisent le décloisonnement des musées : des oeuvres contemporaines, voire des performances, trouvent leur place aux côtés des oeuvres du secteur « beaux-arts », ou certaines collections de musées de société se confrontent à des oeuvres de musées des beaux-arts… Le regard pluridisciplinaire et interdisciplinaire est un moyen efficace de croiser les publics. Il permet à la fois un renouvellement des accrochages, mais aussi suscite un étonnement, une curiosité avivée chez les visiteurs. Rompre avec une chronologie trop didactique, voire trop rébarbative pour le goût actuel, créer des rapprochements entre des oeuvres consacrées et l’univers plus familier des visiteurs permet de se dédouaner de l’histoire de l’art. La place de la musique et de la danse est aussi un mode d’approche et d’interprétation des oeuvres.

La construction d’une exposition s’appuie tout à la fois sur les connaissances scientifiques du conservateur, qui seront traduites en espace par le muséographe, sur le service des publics qui se fait l’écho des représentations et des attentes des visiteurs potentiels pour concevoir une médiation adaptée, sur le service de communication qui anime les réseaux d’information et de communication. Dans plus d’un musée, cette voie classique cède, de temps à autre, la place à une autre démarche, à un autre concept d’exposition. Ici c’est le visiteur qui est directement sollicité, et qui passe du statut de simple regardeur, plus ou moins passif, à celui d’acteur, et qui conçoit un nouvel accrochage à partir d’un thème. Depuis près de vingt ans, le musée du Louvre a mis en place le programme « Les jeunes ont la parole » : des étudiants, en général issus de filières artistiques ou histoire de l’art, deviennent médiateurs pendant une soirée et vont au-devant des visiteurs pour expliquer les oeuvres. L’opération « La classe, l’oeuvre » vise le public scolaire. Plus de 300 musées de France ouvrent chaque année leurs collections aux écoliers, collégiens ou lycéens pour un travail de plusieurs mois. L’opération propose aux jeunes de devenir médiateurs, « passeurs de culture » l’espace de la Nuit des Musées, favorisant ainsi l’articulation entre le temps scolaire et le temps familial. Environ le tiers de ces jeunes revient au musée, accompagnés de leur famille.

Objectifs des résidences

Il est souhaité que les collections fassent l’objet de lectures nouvelles, différentes, ne s’appuyant plus exclusivement sur l’histoire de l’art ou l’histoire des techniques. Des regards autres et décalés sont nécessaires pour faire vivre les collections. Des expositions récentes (« Jardins », « Picasso primitif » ou « Corps en mouvement») ont rencontré un succès populaire important et ont permis de croiser les
disciplines.

  • Proposer des rencontres et des lectures inédites avec les oeuvres en fonction de la discipline ou spécialité maîtrisée (droit, mathématique, entomologie, botanique, journalisme, médecine, etc.).
  • Identifier des lieux inédits pouvant accueillir des oeuvres.
  • Mettre en contact des publics non familiers avec les oeuvres par le biais de médiateurs incongrus (économistes, géographes, mathématiciens, artistes, musiciens, etc.).
  • Créer des outils de médiation innovants faisant appel à toutes ces disciplines.

Profil

Les compétences requises pour ces résidences sont :

  • Expertise dans le domaine de l’investigation et de la recherche
  • Bonnes connaissances du domaine des politiques culturelles et des musées
  • Qualités rédactionnelles
  • Maîtrise de l’anglais
  • Les qualités attendues :
  • Grande capacité d’autonomie
  • Capacité à travailler en équipe et capacité d’adaptation
  • Qualités d’écoute et d’ouverture

Jury de sélection

Un jury sélectionnera les trois premiers chercheurs sur la base d’un dossier comprenant un CV, une bibliographie et le synopsis du projet que le candidat souhaite développer. Il sera composé par :

  • Un représentant du ministère de la culture (DGP/SMF)
  • la directrice du musée d’Orsay
  • le directeur du musée Picasso
  • la directrice du musée des beaux-arts de Lyon

Cadre de travail et temps de la résidence

Les équipes scientifiques et de médiation des musées d’Orsay, Picasso et beaux-arts de Lyon encadreront les résidences dont la durée est arrêtée à 6 mois.

Une bourse de 15 000 € toutes charges comprises est attribuée par le ministère de la Culture.

Le rendu de la résidence sera fixé par le musée d’accueil et devra être adressé au Service des musées de France.

Calendrier

  • Août 2017 : ouverture de l’appel à candidature
  • 30 septembre : clôture de l’appel à candidature
  • début octobre : jury de sélection
  • Mi-octobre : annonce des candidatures retenues et conventionnement
Date de candidature
30/09/2017
Durée
6 mois
Pays
Europe France Paris Île-de-France Sud-Est
Discipline
Humanités Art et histoire de l'art
Expérience post-doc requise: 
entre 0 et 9 ans
Montant par bourse
€ 15.000
partager